La dépression “partie 1

La dépression est considérée par le commun des mortels comme une maladie mentale.

 

Mais pour autant parce que l’on est actuellement en dépression sommes nous atteints par une maladie psychiatrique ?
 
Cela est moins sûr, du moins d’un point de vu de naturopathe.
 
Pour commencer nous allons essayer de présenter « la dépression ».
 
En France pas moins de 5 millions de personnes souffrent de dépression, c’est quand même pas mal !!
 
4 millions au moins prennent un traitement allopathique de types antidépresseurs.
 
La société actuelle nous pousse dés la petite enfance.
 
On brusque le nourrisson pour qu’il soit le premier à marcher, à parler puis …
 
Maintenant il faut que les enfants aillent à l’école dès 3 ans , dès cet âge là ils seront mis en concurrences avec leurs camarades, mis sous pression par le système scolaire et ensuite leurs parents pur qu’ils soient le meilleur.
 
Cela jusqu’à la fin de la scolarité et ils vont entrés dans la vie active ou encore et encore il faudra être le meilleurs pour avoir le meilleur poste, ma meilleurs appréciation.
 
Aux repas de famille c’est a celui qui a le mieux réussit, qu a la plus belle voiture, la plus belle maison … (en revanche on se fiche de savoir qui vit avec la plus belle personne intérieurement, cela n’entre pas en ligne de compte dans les stéréotypes que forge notre nouveau monde).
 
Et là, d’un coup !
 
Clac !
 
C’est la dégringolade, l’agacement, l’épuisement, la dépression …
Mais pour expliquer la dépression chimiquement, la personne va commencer par ne plus avoir de motivation, ne plus avoir envie de combatte.
 
Cet instinct de survie est du à la sécrétion de la noradrénaline.
Après un gros stress ou un stress prolongé elle sécrète de moins en moins, s’ensuit alors une baisse de dopamine (n’oublions pas le neurotransmetteur de la récompense).
 
Plus aucune envie de faire les choses, rien n’a vraiment d’intérêt, cela est comme passé de la télé couleur au noir et blanc.
 
Plus rien n’a de saveur.
 
Commence le mal être. Le manque de dopamine affecte les raisonnements, engendre la perte de confiance en soit, on se dévalorise.
 
La personne à ce stade ne peut pas s’en sortir seul même si elle se rend compte ce qui lui arrive, elle est impuissante.
Nous allons maintenant nous attacher aux causes de la dépression d’un point de vue naturopathique.
 
  • – Nous commencerons pars « le stress », celui qui est vécu en excès.
Comme nous l’avons expliqué plus haut il conduit à un épuisement de nos neurotransmetteurs comme la noradrénaline te la dopamine.
 
Cette baisse va influer sur la sérotonine qui est la pour gérer nos pulsions.
 
Lors d’un épisode de stress, le seuil de tolérance va baisser, forcement l’irritabilité va augmenter.
 
L’énervement arrivera juste derrière.
  • – A cela s’ajoute une carence certaine en magnésium du à toute ces sollicitations neuronales, carence en vitamine B du à notre faible apport par l’alimentation d’aujourd’hui et les problèmes d’assimilations du microbiote.
 
Le déséquilibre de la flore intestinale aujourd’hui appelé dysbiose génère des toxines qui vont remontées jusqu’au foie puis la veine porte.
 
Il se crée un terrain pro-inflammatoire qui fini par atteindre le système nerveux.
 
Ou est le rapport ? La sérotonine se fabrique à 70 aux niveaux des intestins grâce à la L-Tryptophane.
 
En cas de déséquilibre de la flore intestinale, il y aura une mauvaise production de sérotonine (neurotransmetteur qui favorise le calme, la détente et le bien –être) la mélatonine (hormone du sommeil) sera alors altérée puisqu’elle se fabrique à partir de celle-ci.
 
Les carences en vitamines D viendront entretenir les problèmes inflammatoires.
 
  • – La dépression peut aussi provenir de ce que l’on appelle les troubles de l’attachement.
 
Le trouble de l’attachement est une rupture du lien mère- enfant.
L’enfant a alors du mal à se construire et il sera difficile pour lui plus tard de trouver sa place dans notre société.
 
Ce stress ne fera que s’amplifier tout au long de la vie de cet enfant jusqu’à sa vie adulte si rien n’est fait pour l’améliorer son mal être s’amplifiera.
 
Il faut donc agir et ne pas hésiter à en parler à votre thérapeute.

 

Les solutions sont tout d’abord une prise en charge globale et multifactorielle afin de déterminer les différentes causes possibles.